Économie circulaire

L’Écologie industrielle et territoriale (EIT) en marche en Corse

La Direction régionale Corse de l’ADEME et l’Office de l’environnement de la Corse (OEC) en collaboration avec les Chambres de commerce et d’industrie territoriales (CCIT) CCIT et les Chambres de métiers et de l’artisanat (CMA) et en partenariat avec l’Agence développement économique de la Corse (ADEC), la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE) et la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) ont sélectionné 4 zones d’activité en vue d’un accompagnement vers une démarche d’écologie industrielle et territoriale (1 zone en création, 3 zones existantes dont 2 en extension) :

  • l’intercommunalité de Calvi Balagne ;
  • l’ASPASIE, zone d’activité de Purettone, Borgo ;
  • la Communauté d’agglomération du Pays ajaccien ;
  • l’intercommunalité de l’Alta Rocca.

Les objectifs annoncés de cet AAP sont :

  • démontrer, sur ces territoires volontaires, l’intérêt d’une telle démarche : bénéfices économiques, sociaux et environnementaux ;
  • accompagner, dans le temps, ces territoires afin de mettre en œuvre une démarche d’écologie industrielle et territoriale pérenne ;
  • capitaliser des retours d’expériences pour faciliter l’accompagnement d’autres territoires dans une démarche similaire.

Le premier accompagnement, consistant à mobiliser les acteurs des 4 zones d’activités et à réaliser des études d’opportunité et des prédiagnostics pour identifier les enjeux du territoire et les besoins de ces acteurs, est terminé.

0

Fiches de synthèse de la démarche et des premiers résultats :

0

Bulletins d’information sur l’accompagnement de quatre zones d’activités en Corse vers l’Écologie industrielle et territoriale :

L’économie circulaire dans votre région : comprendre pour décider

Conscients que la crise qui caractérise la période actuelle traduit davantage une lente métamorphose plutôt qu’une secousse conjoncturelle, les élus, les acteurs économiques et les consommateurs doivent répondre à la nécessaire relocalisation de l’activité économique et au maintien de l’emploi tout en garantissant un cadre de vie préservé et des services accessibles.

La Conférence environnementale de septembre 2013 a souligné l’intérêt de conduire des stratégies régionales d’économie circulaire. Après un an de travail collégial, piloté par l’ADEME en partenariat étroit avec l’Association des régions de France (ARF), un guide méthodologique est désormais à la disposition de toutes les régions :

Entreprises témoins, les bonnes pratiques en matière d’économie circulaire

La crise économique pousse les entreprises à n’engager que des actions perçues comme immédiatement rentables : les entreprises ignorent souvent le coût complet de leurs activités qu’il s’agisse de la production de leurs déchets, de leurs consommations d’eau et d’énergie par exemple. Elles ignorent, par conséquent, les réductions des coûts potentiellement réalisables par la réduction et la valorisation de leurs déchets, la maîtrise de leur énergie, celle de l’eau… L’augmentation de ces économies permet à l’entreprise d’augmenter ses marges de bénéfice, la valeur ajoutée de ses produits et services. Mettre en œuvre des mesures environnementales permet donc à l’entreprise de développer sa compétitivité et son image.

L’ADEME et son partenaire régional ont décidé de diffuser un message de témoignage d’entreprises ayant mis en place de bonnes pratiques environnementales pour mobiliser, inciter et convaincre les entreprises à reproduire ces bonnes pratiques environnementales (réduction et valorisation des déchets, management environnemental, écoconception, Écolabel européen…).

De nombreux exemples montrent les gains économiques (PDF - 1.06 Mo) obtenus par la mise en œuvre de mesures environnementales.