ADEME Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

L'ADEME en Corse

Territoire et villes durables

Contexte régional

Changement climatique

Il existe un large consensus sur la réalité des modifications climatiques dues à un renforcement de l'effet de serre lié aux activités humaines. Depuis le début de l'ère industrielle (fin du XVIIIe siècle), les concentrations de gaz à effet de serre augmentent à un rythme jamais égalé.

Ces gaz, principalement issus de combustibles fossiles (pétrole, gaz, charbon) renforcent le phénomène d’effet de serre et ont un impact sur le climat.

Afin de lutter contre le changement climatique, les pays industrialisés ayant ratifié le protocole de Kyoto se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

La loi du programme du 13 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique pour la France fixe les objectifs suivants :

  • diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050, c’est l’objectif de « facteur 4 » ;
  • réduire en moyenne de 2 % tous les ans, jusqu’en 2015, l’intensité énergétique ;
  • produire 20 % des besoins énergétiques français à partir de sources d’énergie renouvelable à l’horizon 2020.

La Corse est sensible aux effets du réchauffement climatique. Une partie importante de son activité économique repose sur le tourisme qui devra s’adapter aux changements. Par ailleurs le caractère insulaire incite à trouver des solutions pour réduire la dépendance énergétique vis-à-vis de l’extérieur.

Pour ces raisons l’ADEME Corse, en partenariat avec l’État et la Collectivité territoriale de Corse, engage des actions auprès de l’ensemble des acteurs du territoire, que ce soit au travers d’approches territoriales, sectorielles, collectives ou individuelles.

Mobilité

La lutte contre le changement climatique, la réduction des consommations énergétiques et des ressources naturelles, la préservation des milieux naturels mais aussi la recherche d’une cohésion sociale et d’une dynamique économique des territoires impliquent de nouvelles pratiques de développement urbain. D’autant plus que les choix structurants en termes d’aménagement ont un impact considérable sur nos modes de vie, nos modes de consommation et donc notre impact sur l’environnement.

Les réflexions sur l’urbanisme doivent donc s’appliquer à prendre en compte l’enjeu environnemental pour le bien-être de tous. Les notions de densité, de mixité fonctionnelle et sociale, la réflexion sur les formes urbaines et leur incidence sur le confort des habitants comme sur les consommations d’énergie mais aussi l’optimisation des modes de déplacement sont des thèmes incontournables d’une démarche de développement urbain durable. Ces actions s’inscriront dans les objectifs du Plan d'aménagement et de développement durable de la Corse (PADDUC) qui fixe les orientations d’aménagement du territoire.

Le secteur des transports contribue pour lui seul à 54 % de la consommation d’énergie finale et à 45 % des émissions de Gaz à effet de serre (GES) en Corse. L’action sur ce secteur est donc primordiale pour contribuer à l’atteinte des objectifs du Schéma régional climat-air-énergie (SRCAE).

La prise en compte des enjeux de la mobilité est essentielle pour promouvoir une politique de développement durable des territoires. Un système majoritairement basé sur l’utilisation des modes de transport motorisés individuels contribue fortement à la raréfaction des énergies fossiles, à la pollution de l’air (particules fines…) et à l’émission importante de GES (CO2…). Par ailleurs le trafic routier contribue considérablement à l’étalement urbain et génère périodiquement des difficultés de circulation ayant un impact négatif sur la compétitivité des territoires.

Enjeux

  • promouvoir la création d’outils (référentiels et cahier des charges intégrant les principes de qualité environnementale de l’aménagement), et les démarches en termes d’urbanisme durable en particulier l’Approche Environnementale de l’Urbanisme ;
  • développer et diffuser les connaissances sur l’urbanisme durable à l’échelle de la planification, à l’échelle du projet urbain, et vis-à-vis des collectivités de petites tailles en permettant le partage de compétences (conseil en urbanisme partagé) ;
  • animer le réseau urbanisme durable ;
  • accompagner la réalisation de Plan de déplacements entreprise (PDE) et prendre en compte l’axe transports dans l’appui aux entreprises ;
  • accompagner les transporteurs dans leurs actions de réduction des émissions de GES au travers de la charte CO2 ;
  • promouvoir les modes doux (marche à pied, vélo…) et les modes alternatifs (l’autopartage, le covoiturage, le développement des systèmes d’information sur l’état du trafic, le télétravail…) ainsi qu’une offre compétitive de transports en commun ;
  • définir le cadre permettant de développer une mobilité électrique peu impactante sur le réseau électrique et donc tirant avantage des EnR de production d’électricité.

Consulter le site Carlabelling